Le hara

“La vie ne peut être vécue dans sa plénitude à la seule condition que l’homme ne fasse qu’un avec son centre vital”.

Karlfried Graf Dürckheïm.

 

Il existe un centre d’énergie qui se situe au niveau du bas ventre que les japonais appellent « hara » et les chinois « Dantian inférieur ». Il correspond au chakra sacré « Swadhisthana » dans la tradition hindoue.

Le point du hara, ou "centre vital de l'homme" selon Karlfried Graf Dürckheïm, signifie littéralement “ventre”. "Chez les Japonais, un homme qui “a fait son ventre” est un homme mûr car ce concept évoque essentiellement le contentement de l'âme. Un grand nombre d’anomalies qui apparaissent aujourd’hui chez les occidentaux viennent de ce qu’ils ont rompu l’équilibre : au lieu de placer le centre de gravité, le centre de la vie, au centre justement, ils le placent dans le cerveau qui est à la périphérie de l’être humain. Trop de réflexions, trop de soucis, trop d’activité cérébrale et l’homme est déséquilibré. Si l’homme sait se concentrer sur le hara et le développer, quelles que soient ses dépenses d’énergie nerveuse, il ne se sentira jamais épuisé".

La réhabilitation énergétique intégrée par la pratique du hara favorise ces qualités d'enracinement.

 

Charte éthiqueMentions légales © Corps sensible – Tout droit réservé